miamy.jpg
Retrouvailles a Zhongdian, ou Shangri la, a l Harmony guest house toute en bois dans le centre tourhistorique de la ville autour d un verre de rose de Loire (cabernet d Anjou, ca rapelle des souvenirs a quelqu un?) d une enorme tranche de comte (merci maman) de ciflard (merci maman et merci julien aussi, heu la fin du chorizo a ete apprecie par un chien tibetain profitant de notre sommeil), discutant de notre route a venir.

Le tibet etait notre objectif, et il tardait de le rejoindre. Infos collectees donc, nous voila a Deqin, point de depart de la kora (pelerinage) circumambulation (et non circambulation comme javais pu ecrire) autour du kawagarbo, montagne sacree "bordee" du Mekong et frontiere yunano-tibetaine.


chanteuse a deqin

Pas de controle sur cette "voie pietonne" et opportunite pour nous de gagner le tibet et d y circuler entre les checkpoints.

La rando a commence par un circuit touristique et donc de binguan (ghest house, oserais-je "maison d invites"), loin des tiger leaping gorges ou gorges du saut du tigre ou javais commence mon voyage en solo.

En fait, et c est un hasard, nous avons commence la ou nous avions plus ou moins projete de demarrer une rando de 3 mois vers lhasa : depuis le versant est de la vallee du Mekong. Un peu mythique le Mekong. A ce niveau (cherchez vers le nord de la birmanie ou cliquez la http://treehouse.ofb.net/go/fr/gmap?place=%E5%BE%B7%E9%92%A6 et dezoomez) 3 fleuves sont en paralele nord sud, dont le mekong et la salween.

sécu sécu


vallee du mekong, villages sur des terrasses alluviales en hauteur, cultures en terrasses, formes du relief bien marquees

Le debut de la rando a ete marque par l accueil dans de charmantes fermes tibetaines, des gorges (je sais que je vais manquer de superlatifs et autres donc je prefere aller simplement) magifiques sous un soleil prometteur malgre une saison des pluies entamee debut juillet.



explication sur les peregrinations de damien a la BU de rennes 2




mfff c est bon la rando



jolies fleurs sur le chemin



toilettes rafarichissante



la bas le rouge c est le mekong, nous avons fait une courbe en croisant deux fois la crete separant la vallee du mekong de la salween





sentie en bordure d a pic, scenique, avec une deviation de torrent menant au village ou nous serons heberges par li qing



la vallee de la salween ou nous avons hesite entre lacets et traversee hors sentier. nous rebroussons chemin pour joindre la piste tortueuse, lors d une marche encore une fois sous estimee quant aux indications des locaux, qui marchent vite et qui ne comptent pas les kilometres les bougres



yantsa.jpg


samedi soir a yansta, accueillis dans une charmante famille, nous manquons le dancefloor local pour cause de chute de pierres, le pti gars a pleure quand on est parti le lendemain matin.



pont de bois sur torrent furieux



aie ca pique




La saison des pluies s est manifestee un plus tard lors d une ascension de 3 jours (en zig zag hein, pas de mont vulcain en Himalaya) le long de torrent a fort debit, dans une foret plus ou moins dense, cailloux et troncs parfois enormes couverts de mousse, puis plus haut valles d herbes, paturages de yak...


paysage matinal, apres une descente sous la pluie 



qui q dit que les tibetains n avaient pas de bol ?

Generalement peu de gens, si ce n est des pelerins, une famille rencontree a Yantsa, vrai point de depart de la kora, et un groupe de moines et leur porteurs. "Kalee kalee" leur dis je apres consultation du tibetan phrase book (peu de communication possible le phrase book correcpond a laire linguistique de lhasa), ils rient, ca veut dire "lent". 
Effectivement, nous peinons a les suivre alors qu avec une heure de retard, ils nous ont rattrape (deux filles de 10 14 ans, un papi de 60 et quelaues et sa femme) dans l ascencension du col vers le village d' Aben, premier village du tibet desormais illegalement parcouru. (enieme parenthese pour preciser que nous n avons pas fait les demarches de permis de transit necessaire a aller jusque lhasa ou l on peut demander des permis multiples pour differentes part de la region...avec guide obligatoire, non merci).

dons-source.jpg
donation offrandes pour une source sacree (pas mal de trucs sacres au tibet !)


pause-cafe.jpg

pause-cafe2.jpg
on se rechauffe et on se seche dans une hutte restaurant epicerie rustique



laso lo disent les tibetains au franchissement de col, toujours couvert de drapeaux







descente dans les nuages se dechirant et nous offrant un panorama et une etendue de regard trop peu presents les jours precedents.

aben de bon matin


abri de pelerin mouilles, qui s assoient dans la crasse des détritus de pélerin "écologiquement insconscients"


ascension et vue de la progression

et non finalement le drapeau n annonçait pas l imminence du col

paysage1.jpgvallée alpine et fin de la pluie après une descente éprouvante, précédée dune ascension éprouvante


lumière clémente qui redonne de l 'énergie



damien bosse son chinois consciencieusement



Nous recontrons deux jeunes etudiants chinois leur guide et la mule, sans grand echange, puis faisons une journee de route dans la vallee de la salween, sous un soleil franc, et la marche plus rapide sur la route, le sel accumule dans les pompes mouillees nous font des pieds rougeoyant d ampoules avant d arriver a Tswawarong, d ou nous pensions avoir un transport vers les routes plus frequentees. 

beau-temps.jpg
le beau temps est revenu



gravures dans la falaise reprensantant des bouddhas (et oui il y a Des bouddhas) et des mantras (phrases rituelles a repeter)





C est sans compter sur l etat des routes lors de la saison des pluies : eboulements parfois de dizaines de metres cubes qui rendent parfois la marche hasardeuse lorsqu on surplombe de quelques metres a une ou deux dizaines un fleuve en crue, rouge ou ocre de terre charriee.


























pont casse...saison des pluies? vetuste ?



eboulements reguliers sur route defoncee



eboulement impressionnants par la vitesse de descente des pierres, blanches et donc difficiles a distinguer de loin par ce grand soleil.



damien sur eboulement infranchissable un peu plus loin

Nous avons une deuxieme fois eviter des pierres arrivant....tres vite sur nous, je me suis fait une ch tite entorse a cette occasion, mais l adrenaline a donne un surplus d energie, necessaire, car notre nouvelle guide (celle des etudiants chinois) a plusieurs fois dit : une heure encore...et cetait pour le dire a nouveau cette heure passee. un peu chiant quand on traine la patte. La mule n a pas voulu traverser le pont suspendu, et guide a du rebrousser chemin ce matin la.

Arrivee a Tsawarong et premiere confrontation avec le dualisme village chinois (moche anodin...de commerces et une rue) village tibetain (fermes ramasses blanches, animaux, boue)...je pense pouvoir dire que nous commencions a ne pas trop sentir la presence chinoise...qui nous offre cependant les services sans lesquels il serait plus difficile (mais serait ce, etait ce un probleme ?) de voyager : commerces approvionnes, transport...


a tsawarong, on a retrouve le cheval blanc d henri 4.


aie-le-spieds.jpg
aie les pieds



sieste de cochon (dedicace a dd, ici t en pourrais plus de voir tout ces ptis cochons)



mur de mani, pierres garvees de mantra deposee par les pelerins, qui passent a gauche s ils sont bouddhistes tibetains et a droite s ils sont bonpo (avec trema sur le o), religion pre bouddhiste. ils font aussi les kora circacumambulatoire dans l autre sens.



mani peintes

Nous partons au nord, esperant a chaque village rencontrer le transport qui nous emmenerait plus a l ouest. Nous craignons un peu les controles policiers, mais ce ne fut qu a bitu qu un policier bourre nous demande d ou nous venons et des papiers, "pu dong" (=comprends pas) et tetes interrogatives de notre part et il reste en plan sans nous demander rien da utres. nous le croiserons meme plus tard (a jeun?) dans un autre village ou nous le saluerons avec le sourire. C est utile un sourire.



idylisme lors de l arrivee plus bas d un col facile mais ardu vu notre peut etre fatigue...champ de cereales couleur or, maison de bois, dessin des limites de parcelles...

Nous mangeons dans les maisons des villages des papas (galettes/pain tibetain), du riz, des chanpignons (miamy), voire des legumes et nous payons malgre certaines contestations (en effet, nous passons pour des pelerins, ce que nous sommes mais peut etre pas au sens des pelerins tibetains, et on offre au pelerin). Parfois j hesite, faut il dire 3 fois et c est accepte ? Nous collectons aussi ces galettes, de la tsampa, du beurre (de vache et de yak, j ai opte pour l agrement de sel tout breton que je puisse etre), du fromage frais, pour poursuvre notre marche.

Nous arrvins enfin a un village ou le transport est possible. C est vendredi et le samedi matin semble etre propice a un transport, qu effectivement nous chopons. J ai passe une sacre mauvaise nuit, fievre, courbatures du bout des doigts a la tete, au dos, et crampes abdominales. La journee est dure pour moi, pas trop mais suffisamment pour que je m ecroule dans la cour d une maison qui nous accueille, premier check point passe dans la voiture d un particulier qui nous charge la course avec gourmandise. 

Le soir nous emigrons au bord du fleuve, je vais un peu mieux, et le bruit leger d une eau calme est un apaisement compare au quais perpetuel grondement des cours d eau que nous longions. Des enfants viennent nous voir. Bucolique. chouette. et le mauvais temps est parti. pas de pollution lumineuse la nuit, c est un plaisir. la lune etait grosse et se levait vers 23h minuit a ce moment. 

Ce fut dailleurs a Tsawarong que nous avons assiste a un veritable spectacle de lumiere surplombant la vallee ondulante de 200m, les nuages napant les etoiles, les reflets de la lune sur le fleuve, les etoiles, les formes du relief...le genre de moment transcendant le voyage.



vue de la binguan sur la salween

vue-bingan.jpg




chemin perpendiculaire a la pente, panorama d un apres midi



abri pour le pti dej en bord de ruisseau



arbres de tim burton



travail nocturne pour randonneurs meritants...


Nous avons aussi traverse de nuit ce qui nous semblait etre un checkpoint (point de controle) : barriere rouge et blanche et maison avec jeep et gardien. Nous suivions la route depuis tsawarong, et au bout de 30 km, "tention"...on cherche a passer le ong de la riviere qui gronde...pas moyen, sur le flanc de la montagne, trop touffus, plein d epineux. On attend le soir en cuisinant...on s avance a pas de loup, redoutant un chien...on marche doucement sans visibilite, puis vite...c a yest, on est passe, depuis longtemps meme, j allume ma frontale et pam, dans la plaque d immatriculation de la jeep...yeah, pas mal la discretion. pas de p. on passe et on s installe dans la nuit, un peu euphorique d adrenaline (je decouvre un certain gout pour ca d ailleurs)


decouverte.jpg

arrivee de la lumiere et decouverte d un paysage, nous etant installes dans la nuit.


vallee-secarte.jpg
la vallee s elargit


morceau-de-chemin.jpg
morceau de chemin


traversee-de-ruisseau.jpg
traversee de ruisseau et pelerins a notre suite, j auraia me prendre la meme sorte de janis joplin tibetaine de 70 ans


herbe, platitude et calme


beu-copie-1.jpgsalut les potes de la fin de l'après midi


Damien s amuse, et se fatigue de  l insatiable curiosité des enfants




sieste, le chauffeur est fatigue



le paysage ressemble a la mongolie


recouds.jpg
damien recouds pendant que nous stoppons

Nous sommes pris par une jeep peuplee de 3 moines tibetains. Peu d echanges, en effet, fatigues du n voyage qui semblait peu probable. Je m explique, le gars qui nous embarquait, avec deux jeunes tibtetains, a passe 25 coups de telephones, nous avons sillonne la ville a la recherche d un pangyo (pote en chinois) ou corre (en tibetain), que nous rouvons...au bout de 3 heures et nous arrivons lors dunvoyage nocturen et cahotique, a tingqin...que nous atteindrons a 3h 30 du mat, extenues, et motives pour reprendre le stop le lendemain.



damien ne se sent pas de prendre des photos, coucou maman, c est moi !

Apres les moines, et une nuit sur les hauteurs de Sok, ville militaire et donc peu frequentable a priori pour des sans papiers comme nous, nous prenons un camion. Pire voyage que damien ait jamais fait (c est pas peu dire) 220km en...10 heures ouais ouais. Avec des cahots des bouts de fer qui depassent du siege, un cul entre deux sieges pendant trois heures pour moi, dont une partie dans la nuit (nous avons stoppe le camion a 6 h du mat a Sok la peu hospitaliere), "berce" de cahots invisibles mais sensibles (AAAIIIIEEEEEUUUU).



les paysages offrent une etendue que je n avais jamais connue. 




orage2.jpg
Orage en fond, nous traverserons les amas de grelons apres avoir bache le camion.



Arrive a Nakchu accueillies vertement par une hoteliere et sa soeur, nous planifions de prendre un bus et la succes, pas de probleme, contrairement a Chamdo, pire ville a frequenter en tant qu illegaux .

Le lendemain, un trajet sur du...bitume, dans un bus ou certes quelques locaux molardent et fument a qui mieux mieux, mais facile voyage. 



Large vallee, la route suit en parallele et croise alternativement la nouvelle ligne de train pekin lhasa.

Arrivee a Lhasa, ville au centre "tourhistorique" tibetain mange par une excroissance chinoise aussi peu reussie que l urbanisme chinois question esthetique, ambiance. ah cest fonctionnel...ya du commerce merci bien.

Peu de back packers aussi, du voyage organise a 10 000 dollars, des occidentaux pas bronzes et propres sur eux qui reviennent plein de victuailles du supermarche, pendant qu on se baffre (je ne suis plus malade-euh!) de yak (pas damien le vegetarien) frites plats nepalais coreens burger...et des fruits...et la lhasa beer elue par nous meilleure biere de chine, 4,3 degres, vous pensez, ca se fete !

Nous partons demain pour le lac Namtso a 200km au nord ouest, lac sale borde d ermitages troglodytes de villages nomades...on a du beurre, des fruits secs, des galettes (les "papas"), des soupes de nouilles et de legumes d ela tsampa, un muesli compose par nos soins et du lait en poudre, des cahuetes, une conserve de poisson, du the, un morceau de mintze, bois de pin flambamt facilement grace a la resine (j ai envie d eclaircir ce point), et un sac un peu allege, on laisse des trucs a l hotel a lhasa.

Lhasa, ben ...oui quand meme le potala http://www.presscluboftibet.org/UserFiles/potala_palace.jpg le jokhang, http://www.china-reisen-info.de/reise-ziele/bilder/potala.jpg un peu d architecture reellement ancienne, des beurres de 50 kilos des pelerins qui demandent aumone, un quartier bien sillone de rickshaws et occidentaux jeepes...mais sinon...est ce vraiment la peine, oui sans doute, mais le tibet est immense et ce n est pas une civilsation urbaine. Nous n avons qu une petite partie, et encore traversee a vitesse de voiture (on excepte la vitesse de velo du camion), et ce fut SPLENDIDE, ethere, saillant, rond, vert, gris, rouge, jaune, noir, caillouteux, herbeux, etroit, large, changeant, inspirant, apaisant...

Ouais, on est content d etre la !!!!!!

bises des campeurs

ps : j espere que damien ecrira au moins une fois sur ce qui est notre blog. ;-P

Mon Potala, roi du tibet, que j aime ton allure-euh !
mon-ptala.jpg



Retour à l'accueil