Ballade à kunming, un dimanche après midi, direction le parc, zig zag entre vélo scooters électriques passants arrêtés et dégustant ou engouffrant une brochette (on dit chow kow …et « cho ko » ça veut dire en fros chien puant)

Les parcs chinois sont plein de petits vieux (si si ils sont TOUS petits) habillés en bleu avec casquette clope en accessoire pour les hommes. Un mot et demi de chinois et c’est l’attroupement, au détriment du couple de chanteur-conteur nous jouxtant. Les musiciens et danseurs sont nombreux dans les parcs. Il faudrait être déguisé pour observer tranquillement.

La rencontre de guest house est courte et intense, rythmée des questions que nous nous posons tous : t’étais ou ? c’etait bien ? c’etait cher ? tu vas ou ?, en guise de synopsis. Après ça accroche ou pas. Si tu veux rencontrer des gens, c’est facile, quasiment tout le monde le veut aussi. Si tu veux rester seul, c’est sans doute encore plus facile. Echange de mail, éventuellement activité commune…et paf, rare est la pérennité de correspondance.

La montée sous la pluie et la brume au « inn » (higher land inn ma maison a mi temps),

L ambiance collant à mon imaginaire de chine montagneuse et embrumée m’envahit.

Les escaliers que j’emprunte en temps trop humide (de fer un couloir etroit et obscur et au fond une musiqe qui en ce lieu qui parait ireelle) sont pierre du pays, granit je présume. La musique de mes oreillettes encourage guillerettement la cadence de mes pas, mais ne m’empeche pas de croire voir une forme humaine a plusieurs reprises. Ils sont bien visibles les panneaux d’indication du parc !


Le inn, le taoisme (liping passe du temps à caligraphier des vers dans ce lieu important de pelerinage que comporte le inn : une grotte explosée à la grande époque par l’armée), les leçons de français-chinois, le bien être malgré la forte humidité. Les rencontres liée à une promiscuité acceptée avec le sourire, c’est un lieu certainement à part à Dali.

La gentillesse de ashue, aRue, aping et ashu, qui s il ne me cause me sourie, et liping bien sur, sont pour beaucoup dans l’atmosphère paisible et sereine du lieu. Le chat Tofu, le chien Delay (« explosion ») et l’oie Dada (qui me hait)…je ne les trouve pas indispensable. Yoyo (la comparse de dada) et xiaoshin (« danger ») le chien aboyant sont déjà parti, sans que je ne verse de larme.

Humide, sans rebond ma foi mais ça me va aussi, le inn fut une vraie coupure efficace dans le taf, d’ailleurs consacrée a harry potter et au taf, en gros. Et a une expertise en géologie et bâtiment a évaluer les potentialités que le inn se casse la gueule dans le ravin sans avoir fait le malin, enfin je crois.

La mousson est repartie dans le sud, mais a laisse le Yunnan en proie a quelques éternuements.
Fait pas chaud fait pas beau. Enfin, y  a des semaines comme ça…

Retour à l'accueil