Début mai avec Jean Yves, nous sommes régulièrement monté dans les Cangshan sur le chemin du Yuju, voie qui avait initié notre rencontre 2 ans auparavant. Ma forme physique est moindre, mon poids est supérieur...D'où l'idée d'une remise en forme, dans tout les sens du terme, sur les sentiers au dessus de Dali.


Départ de l'est de de la ville ou j'ai trouvé résidence auprès des amis du collectif slowmotion ( www.slow-motion.cn ) avec qui j'ai déjà vécu l'année précédente. Départ a 1900 m et des brouettes pour … On verra bien suivant la forme. Il fait chaud et sec, le ciel est bleu, les oiseaux chantent.  Le sac de trail (petit sac a dos pour courir en montagne) et sa gourde a pipette sont appréciés. Je trouvais cet attirail assez surfait, et maintenant je le trouve très adapté.

Après avoir traversé les champs et la pinède des flancs des Cangshan, le début du dénivelle est raide, très raide quand on est hors de forme. Pause au Higherland Inn ou j'ai séjourné plusieurs semaines en 2007 2008 pour un rafraichissement et un ravitaillement. Poursuite de la marche. Toujours sous la pinède qui abrite avantageusement des rayons agressant un français émergeant du printemps breton.


Puis le cagnard, mais la vue, le rythme de la marche, des débuts de sensations, se retrouver dans la nature...


Avec Jean Yves et Satmukh, nous sommes parti pour une rando-yoga vers les Cangshan. Les professionnels de la rando qui partent a 12h, juste après avoir mangé, un jour ou il fait chaud. Amusant comme paradoxe. LA marche jusque 3900 m n'a pas été de tout repos, nous avions repris une collation au Higherland Inn...Arrivés alors que le jour baissait, nous avons partagé une séance de yoga dirigée par Satmukh. De quoi se détendre les membres, se décrisper le dos, reprendre sa stature contrariée par le portage d'un sac a dos. Le riz coco et le pot au feu aux fruits sont vite avalés et nous nous couchons tôt pour un réveil yogique au point du jour.




Flou le cliché, mais ça situe l'ambiance.

La lumière est magique, la vue dégagée et la séance de yoga tonique et physique. A cette altitude, les exercices nécessitant une respiration puissante et rythmée sont plus durs a tenir. Je me sens de traverser les rhododendrons en début de floraison pour profiter de la vue de la crête nous surplombant. Je m'exécute tandis que mes comparses devisent sereinement autour du campement.



Sur la crete, vue vers le nord.

Le lac Erhai, le Sud de Dali, et au premier plan le campement et l'étang presque vide.


La vue est splendide. Grisante. Ça donne envie de gambader sur les crêtes des Cangshan, chose a priori possible que nous prévoyons de faire, entre autres randos ! C'est plutôt agréable d'avoir accès a ce massif a la porte de chez soi, d'y randonner avec des amis dans ces conditions.


De l'autre coté le village de Yangbi, quelques part dans la vallée.






Retour à l'accueil