49

Sur la route du Laos, nous arrivons à Jinghong et déjà en quête de la campagne tropicale nous trouvons le jardin botanique tropical du Xishuangbanna http://english.xtbg.cas.cn/

ll fait sec en mars, mais la ballade est agréable, nous avons chaud et du temps à passer à l'ombre des arbres portant les jackfruits, pendant que les chinois se balladent en voiture électrqu et donnent à manger aux gras poissons.

 

Une vidéo du jardin est disponible ici http://www.xtbg.ac.cn/xyjs/byjs/200912/t20091229_2719423.html

 

50

Entre buccolisme et Raoul Duke en ballade ? (Johnny Depp dans LV parano)

 

 

52

 

 

51

Ou petite maison dans la praire tropicale.

 

 

144

La lumière est très forte dans l'après-midi et les photos un peu écrasées.

 

 

145

La vieille stupa a été repeinte et le temple reconstruit entièrement sur ce promontoire point de départ de notre randonnée.

 

146

Le puit dont l'eau est censée protéger celui qui fait ses abblutions. Les bouddhistes de la voie du petit véhicule ou theravada http://fr.wikipedia.org/wiki/Therav%C4%81da me semblent plus liés à l'eau que les Tibétains. Ces derniers ont sans doute plus souvent de chance de geler que de sécher en faisant des abblutions? 

 

 

147

Les plantations de thé Puer sillonnent les colliness. Le terroir du Xishuangbanna monte en valeur, le Puer dit-on s'exporte de plus en plus.

 

 

148

 

 

72

Canne à sucre, à macher en route.

 

 

149

Entre champs de canne et grands bambous nous suivons la petite piste et allons de villages Dai en villages Hani et Bulang.

 

 

54

De temps en temps, suivant le vent, on choppe un peu de poussière.

 

 

55

 

 

56

Pas beacoup cours d'eau en activités en mars, mais celui-ci était clair.

 

 

57

Des feuilles  mortes et du vert, perpétuellement. J'a l'impression que la vie se nourrissant de la mort est un phénomène encore plus visible ici sous le tropiqe du Cancer ou le cycle est ininterrompu.

 

 

59

Un peu de boue, j'imagine en saison des pluies °_°'

 

 

62

Les petits sentiers sont très agréables, la lumière perce et éclate à chaque clairière et l'ombre est d'autant plus marquante. Les buffles d'eau se réfugient à l'ombre faute de cours d'eau peut etre et sans doute pour manger ce qui pousse avec moins de lumière.

 

 

58

Quelques magnifiques grands arbres au troncs lisses.

 

 

64

 

 

63

En quête de gros plans de buflles d'eau.

 

 

65

L'arrivée dans la vallée du village me plait beaucoup. C'est le genre de paysage harmonieux car semble-t-il ancestralement sous cette forme créée par les hommes utilisant les pentes, la foret, la circulation canalisée de l'eau, les terrasses et les talus, faisant serpenter le chemin là ou il doit etre. C'est un élément du buccolisme tropical pour moi.

 

 

66

 

 

67

Un sentiment d'arriver en "vallée promise" en quelques sorte. C'est pas les cités d'or ou Shangri-La, mais il y a un avant gout, une image d'épinal de l'environnement agraire traditionnel des tropiques.

 

 

150

Ballade en soirée autour du village bulang de notre guide.

 

 

68

 

 

70

 

 

151

Contraste entre maison en briques (faites au village) et les maisons plus basses et évasées comme au centre.

 

 

153

Pour la postérité.

 

 

84

Un passage par le temple, avant de repartir.

 

 

154

 

 

155

C'est l'époque de la récolte de la canne à sucre, tout le village ou bonne partie, se rassemble.

 

 

71

Transport de la canne à sucre taillée.

 

 

73

La culture sur brûlis se pratique encore. Si je ne me trompe pas, cette culture ancestrale était adaptée aux cultures extensives sur territoire sans pression anthropique, contrairement à la deuxième moitié du 20ème siècle qui a vu l'extension exponentielle des réseaux et l'augmentation de la taille des villages, laissant peut etre moins de place au zones tampons entre villages. Je m'avance peut-etre. Ceci dit, il semble que cette manière de cultiver soit critiquée en raison d'incendie non maitrisés ayant causé des dégâts. Non maîtrisés parceque "le savoir faire se perd" ou parceque "la terre se réchauffe" ou encore que les cultures sont différentes et donc l'environnement également ?

 

 

77

La pause sous l'arbre près du lac :-)

 

 

76

Pêche au filet de ptits poissons. Surprise, des panneaux demandent la participation active des populations locales au respect de l'environnement et ici de l'eau du lac.

 

 

78

On s'approche du village ou nous mangerons : les buffles flanent entre les arbres périphérqes au habitations et le lac.

 

 

156

Tracteur tropical.

 

 

157

Pause déjeuner chez des Dai, la terrasse en bambou bouge, ici comme souvent en Asie du Sud Est les pilotis sont de rigueur. 

 

 

80

Une partie de la terrasse est ombragée et nous lisons dans une torpeur pas désagréable, égayée d'éclats de voix du mariage voisin.

 

 

79

Je me suis senti assez bien à l'intérieur des maisons traditionnelle du Xishuangbanna.

 

 

159

Homer Simpson amerait-il la couenne de porc grillée du Xishuangbanna ?

 

 

158

Retour via les rizières inondées, la lumière est plus basse, c'est un plaisir des yeux.

 

 

81

 

 

83

 

 

53

Rien ne vaut une petite pédicure de spéléologue.

 

 

36

Fabrication de couenne de porc grillé, ou moxibustion, méthode traditionnelle de soin, pour enlever l'excédent d'eau du corps en Chine, pour extraire les humeurs néfastes dans le malade imaginaire. Cette méthode est employée encore dans différents pays. La dimension symbolique est importante.  

 

 

37

Il ne semble pas souffrir...

 

 

38

Mais sa voisine a vu son enthousiasme baisser en voyant le traitement :-)

 

 

160

Ici Boten après Mohan côté chinois. Nous avons changé les renmenbi contre des Kips laos. Nos sommes millionnaire et cela nous rend particulièrement heureux comme cette photo le montre. Vous remarquerez que avons su rester simple malgré cette soudaine richesse monétaire.

C'est parti pour une dizaine au Laos!

Retour à l'accueil